Stephen peint une toile

L'artiste Stephen Scott peint le portrait de Virgil Hammock

27 Février - 8 Juin, 2014    |    Regular Exhibition    |    Cost:

Stephen Scott

Cette exposition est une conversation entre un artiste et un modèle. En effet, c’est un échange de connaissances, de perceptions et d’expériences entre le peintre néo-brunswickois, Stephen Scott, et le conservateur adjoint, Virgil Hammock. Les études de Scott pour un portrait de Hammock seront en montre accompagnées d’une série de commentaires du blogue de Hammock, documentant le processus. Vous pouvez les consulter à l’adresse suivante : http://virgilhammock.com.

Hammock écrit ce qui suit :

« Mon ami, l’artiste Stephen Scott, aime passer ses étés à l’extérieur de son studio et de sa demeure dans la région de Fredericton et peindre dans un autre lieu. Cette année, il a décidé de retourner à ses sources, à Sackville, au Nouveau Brunswick, où il avait étudié à l’université Mount Allison de 1974 à 1978. J’étais directeur du département des beaux-arts quand il y étudiait. Il est maintenant une personne d’expérience et certainement un peintre chevronné. Ce que cela fait de moi, je laisse votre imagination en décider. Peu après son arrivée cet été, il a commencé une conversation, en prenant un café, portant sur l’acte de peindre. Je lui ai parlé d’un livre que j’avais lu, L'Homme à l'écharpe bleue, écrit par le critique d’art britannique, Martin Gayford, qui portait sur l’expérience d’être modèle pour une toile de Lucien Freud, et de combien il trouvait intéressant de suivre leur conversation au fil de la longue période que Freud a pris pour terminer la toile. De fil en aiguille, nous avons décidé de recréer l’idée et j’en serais le sujet. Stephen est un très bon portraitiste et il aime peindre devant le véritable sujet. C’est tout un autre processus que de peindre à partir de photographies et Stephen, tout comme Freud, est un artiste qui peint lentement et méticuleusement ».

Conservateur : Virgil Hammock
Organisée par la Galerie d’art Beaverbrook avec le soutien du Conseil des Arts du Canada, de la ville de Fredericton et du gouvernement du Nouveau-Brunswick.