Anong Migwans Beam : 63 vues du mont Dreamers Rock

Anong Beam (Canadienne, b, 1980). Vue 57 (détail) (de la série 63 vues du Mont Dreamers Rock), 2012. Monotype sur papier. 76,2 x 111,7 cm. Don anonyme.

6 Octobre - 15 Janvier, 2017    |    Regular Exhibition

L’exposition 63 vues du mont Dreamers Rock célèbre le dévoilement du don fait à la Beaverbrook d’une série complète de 63 œuvres remarquables d’Anong Migwans Beam, artiste autochtone multidisciplinaire. Jeune artiste de la relève, elle vit à Kagawong sur l’île Manitoulin. Elle est la fille de Carl et Ann Beam, artistes de renom.

Anong Beam se sert de collages et de transferts de photographies pour créer ses peintures, dessins et estampes. L’exposition 63 vues du mont Dreamers Rock est le résultat unique d’une collaboration avec Gordan Novak, maître de l’estampe. Il s’agit essentiellement d’une série de 63 peintures individuelles complètement uniques sur papier (mesurant environ 38 po x 46 po chacune). Ces pièces sont toutes des monographies; l’artiste n’a jamais eu l’intention d’en faire de multiples éditions. Beam commence le processus en sélectionnant certaines images à base de photos qu’elle applique en couches multiples en sérigraphie. L’artiste retravaille et repeint ensuite cette base manuellement afin de créer le résultat final. Au cours de la série, bon nombre d’écrans de sérigraphie servent plus d’une fois comme point de départ. Or, les motifs répétés se transforment et changent au gré des choix de couleurs, de combinaisons et de juxtapositions d’images. Le regardant se trouve face à des images suscitant toutes des émotions et des aspects temporels différents; couchers de soleil, paysages nocturnes, paysages diurnes, etc.

L’on pourrait comparer le processus à une progression symphonique établissant une certaine mélodie qui se transforme pour modifier l’humeur et le timbre de l’œuvre.

Cette série est composée de paysages qui portent à réfléchir sur le pouvoir spirituel primordial de l’île Manitoulin, de ses lacs, de ses chutes, de ses montagnes et de ses ciels. Pourtant, ce sont aussi des paysages oniriques. Bien plus liés à l’invention qu’à la représentation, ils se délectent dans la pure joie de l’exploration de la forme et de la couleur. L’artiste se sert souvent de l’image de l’oiseau dans son art; elle décrit le lien entre cet animal et son nom de famille : Migwans signifie « plume » et fait référence à l’oiseau ou à l’aigle. Le titre de l’œuvre, les coups de pinceau de calligraphie et la représentation de sceaux asiatiques font allusion aux superbes suites de voyage d’incunables xylographiques de l’artiste japonais, Ando Hiroshige (1797-1858), surtout dans 36 vues du mont Fiji et 53 stations du Tokaido.

Les œuvres d’Anong Beam ont été présentées dans une exposition solo à la Galerie d’art de Sudbury et publiées dans un catalogue avec un essai de Tom Smart. Un documentaire vidéo, Anong Beam : la vie en peinture, d’une durée de 15 min 49 s, a été produit par le système scolaire des écoles secondaires de l’Ontario. Ses œuvres se trouvent dans des collections publiques, notamment celle de la Fondation Ford de New York, de la Galerie d’art de Sudbury, de la Galerie d’art de la Nouvelle-Écosse, du Musée d’art autochtone contemporain de Santa Fe, de la Fondation culturelle ojibwée à M’Chigeeng en Ontario, de la Galerie de poterie et de verrerie canadiennes de Waterloo et du Royal Ontario Museum à Toronto. La Galerie Neon Raven, située à la Première Nation de M’chigeeng au centre de l’île Manitoulin, représente l’artiste et expose ses œuvres.

Organisée par Jeffrey Spalding et présentée par la Galerie d’art Beaverbrook avec le soutien du Programme de Gestion d'Actifs Institutionnels CI (Placements CI).