Erica Deichmann, Master McCullough et moi

Beaverbrook Art Gallery28 Août, 20200 Commentaires

Par: Tom Smart, directeur général de la Galerie d’art Beaverbrook

La première fois que j’ai rencontré Erica Deichmann, elle était assise dans son salon douillet, entourée de centaines de magnifiques vases et d’objets en céramique qu’elle et son mari Kjeld avaient fabriqués au cours de leur vie commune. Dans les années précédant la Seconde Guerre mondiale, le couple avait lancé le mouvement moderne de poterie d’atelier au Canada. Parmi les bases de lampe, les bols et les assiettes de céramique, les tuiles, les pichets, les urnes et autres objets de fantaisie, Erica m’avait parlé de sa vie de créatrice au Nouveau-Brunswick. 

Les oeuvres céramique de Erica et Kjeld Deichmann. La collection de la Galerie d'art Beaverbrook. 

J’avais été captivé par ce que me racontait Erica sur sa participation au mouvement artistique à Saint John dans les années 1940, qui était en pleine effervescence à cette époque. Ses yeux s’étaient mis à briller quand elle avait évoqué Miller Brittain, à qui elle avait servi de modèle alors que ce dernier travaillait à une grande fresque sur les causes de la tuberculose. L’œuvre, qui devait être installée dans un hôpital de Saint John, avait été abandonnée en raison de son ton critique avant que Miller n’ait pu la peindre. Fort heureusement, il a tout de même réalisé un dessin grandeur nature du projet. En l’examinant de près, vous y apercevrez une jeune Erica vous regardant droit dans les yeux.

Au cours de notre entretien cet après-midi-là, je n’avais cessé de remarquer le portrait évocateur d’un jeune garçon accroché au mur derrière elle. Erica m’a dit qu’il avait été peint par Miller et que son sujet était un jeune vendeur de journaux que les gens appelaient « Master McCullough ». Des années plus tard, je suis tombé sur ce tendre portrait en me promenant au Musée des beaux-arts du Canada. Il m’a rappelé des souvenirs de ma première d’une longue série de visites avec Erica dans l’étreinte chaleureuse de ses céramiques et ses histoires sur la communauté d’artistes qu’elle a aidé à constituer.

Miller Gore Brittain (Canadian, 1912 – 1968), cartoon: Cartoon for the Saint John Tuberculosis Hospital Murals (Scene with Ten Figures), 1941-1942
charcoal, conté crayon and chalk on brown paper
support: Gift of Jennifer Brittain, 1984 (1984.20.9). New Brunswick Museum Collection

Commentaires
Laisser un commentaire